15/07/2009

Sorties Février 2009

Jeudi 26/02/2009 : La première fois d'Eric.
Par Pietro Sirigu


Nous avions décidé Alain et moi d'effectuer une belle sortie d'entraînement, histoire de jauger notre niveau de forme.
Comme nous ne sommes pas égoïstes et que nous aimons...... voir souffrir,  nous avions envoyé une invitation aux gars du club pour participer à notre sortie.

Malgré la longueur du parcours proposé plusieurs gaillards ont répondu à notre invitation et sont venus s'ajouter à nous, soit Freddy, Renaud, Christophe et notre novice du jour à savoir Eric. A signaler,  un désistement de dernière minute en la personne de Fabien qui fût retenu par son devoir professionnel.
Nous étions donc 6 pour cette sortie de 200KM qui n'est autre que notre parcours BRM. Le gros avantage de ce beau parcours est qu'il est très bien connu d'Alain et moi, ceci étant un gage de sécurité et que donc il n'y aura pas d'erreur de parcours.

Ce parcours démarre de Bruxelles pour arriver en France à Solre-Le-Château et puis retour.
Nous avons beaucoup de chance car visiblement la météo s'est considérablement améliorée, en fait nous roulerons toute la journée sans connaître la pluie et donc au sec. De plus la température du jour sera comprise entre 6 et 9°C.

Au départ de Bruxelles le parcours emprunte le canal sur 19KM jusqu'à Lembeek, sur cette partie je mène bon train mais je suis passablement contrarié dans ma progression par un petit vent assez gênant.

Dès que nous quittons le canal en direction de Tubize c'est Alain aux commandes de son Scott "doré", qui prend les choses en main en escaladant les côtes de Tubize et Virginal sur un tempo élevé : visiblement, il tient la grande forme le bougre. Alain en bon diesel qu'il est, a toujours été plus fort sur les longues distances que sur nos courtes et rapides sorties.

Après Virginal nous traversons une portion de route bordée de part et d'autre par un superbe bois qui nous mène jusqu'à Henripont.

Nous arrivons à notre 1er contrôle ( KM 56 ) au « Café du Pont-Levis » à Maurage. Nous nous octroyons 10 minutes d'arrêt dans notre « Caberdouche » préféré où certains « habitués » sont déjà à la bière.

Maintenant nous nous dirigeons dans la direction de Binche ( Nous sommes là 2 jours trop tard ), tous les villages traversés sont encore endormis par le lendemain de la veille et les routes portent encore les stigmates du carnaval, toutes les rigoles étant parsemées de confettis.
Notre parcours traverse maintenant la région d'Hestrud et un endroit magique « La vallée de la Thure », nous constatons une forte différence de qualité de revêtement avec nos routes belges et c'est vrai qu'une fois en France tout devient plus facile.
Encore 2 côtes et nous arriverons à Solre-Le-Château que nous pouvons déjà apercevoir au loin avec son clocher très caractéristique puisque fortement incliné.

Au contrôle de Solre-Le-Château la moyenne est de 26,2KM/H autant dire beaucoup trop vite pour un 200 hivernal mais puisque tout le monde tient le coup.....!
Au contrôle Eric est scandalisé par le prix du Coca Cola servi à 2,80-Euro et sans..... paille s.v.p. C'est vrai que les limonades et ses dérivés sont particulièrement cher en France, voilà très certainement la raison du succès du Pastis servi lui à la moitié du prix.
Mais Eric quand on aime on ne compte pas et notre but c'est de faire du vélo et surtout de ne pas crever de soif en cours de route.

Solre-Le-Château est au 94ème kilomètre, ce qui nous oblige à faire une belle petite boucle en France au beau milieu des boccages et ce jusqu'à Cousolre.

A partir de maintenant et jusqu'au contrôle de Maurage le parcours emprunte exactement le même itinéraire qu'à l'aller mais bien entendu en sens inverse.

Il est incroyable de constater l'état général de fraîcheur de ce petit peloton où certains ont encore la force de se battre dans les côtes en direction de Maurage. A cet instant Christophe qui est toujours fâché avec son vélo de course suit sans problème la cadence avec son VTT.
Dernier contrôle à Maurage ( KM 146 )  et repos d'un quart d'heure.

Le retour sur Bruxelles se fait en longeant le canal en direction de « La cantine des italiens » et des très beaux anciens ascenseurs ( Oeuvre de Gustave Eifel ) en cours de rénovation. C'est à Seneffe que nous quittons le canal et c'est précisément l'endroit que choisissent Christophe et Freddy pour commencer à battre de l'aile c'est normal pour Christophe en VTT et aussi pour Freddy qui est présent avec pour seul fond des entraînements sur des distances de 65KM. Les gars feront comme les roseaux ( Voir Jean de La Fontaine ), ils plieront mais sans jamais casser.

Je suis aussi assez fatigué ainsi qu'Alain, seul semble échapper au phénomène Renaud et Eric qui est très impressionnant d'aisance pour son premier 200.

L'esprit de groupe fonctionne à 100% et nous décidons de réduire légèrement l'allure, je prends donc de longs relais en soignant notre progression « Allegro ma non troppo ».

Nous retrouvons le canal à hauteur de Ronquières pour ne plus l'abandonner jusqu'à Bruxelles.

Eric n’a pas écrasé de canard cette fois-ci, mais il traumatise les jeunes filles qui se promènent le long du canal et qui prennent toute la largeur du chemin. Comme elles ne se bougeaient pas assez vite pour laisser place à la meute en furie, il leur a crié dans son langage assez fleuri : « ET ALORS FILLEKE, TU T’BOUGES UN PEU PLUS VITE QUE CA. TU T'CROIS EN VACANCES ? ». La réputation des hommes jaunes va encore en prendre un coup.

Nous progressons toujours sur un rythme moyen de 28 à 30KM/H et ce jusqu’à l'écluse de Lot où tout à coup Renaud est pris de convulsions frénétiques pour ne pas dire d'une folie passagère et nous tire une bordure à 40KM/H. Celui-là, il nous a soigné le final...!

A l'écluse d'Anderlecht nous arrêtons les frais pour rentrer sur un rythme modéré histoire de ne pas avoir des poteaux à la place des guibolles et de pouvoir marcher normalement le lendemain.

Nous rentrons au local avec au compteur une moyenne de 27KM/H pour 203KM.Pas mal pour un début de saison  !

Mes félicitations à Eric pour son formidable premier 200 et bien entendu à mes autres compagnons de route pour cette très belle performance hivernale.

J'espère que ce résumé encouragera un maximum de cyclos à être présent sur notre BRM du Samedi 4 Avril. Il auront pour l'occasion toute une équipe de cyclos du club très expérimentés, ceux-ci sont fin prêts pour les emmener sur notre très beau parcours explorant une zone très peu connue de la France, jamais ennuyant, très équilibré avec des parties plates et roulantes, des zones de récupération et bien entendu quelques belles côtes jamais très longues.

A Dimanche.

                              ___________________________________

Le tracé GPS réel du parcours est le suivant: Le parcours GPS








Dimanche 22/02/2009 ( Wolvertem ) : Que nous sommes nombreux !!!

Par Pietro Sirigu


Wolvertem est traditionnellement le premier brevet de la saison. Et pour l'occasion nous serons très nombreux sur le parcours soit 22 cyclos ce qui constitue le groupe sportif le plus imposant du jour.

Sont présents : Isoline, Isabelle, Myriam, Ornella, Daniel, Guy, Marc Colombo, Marc Keymeulen, Alain, Fabien, Renaud, Christophe, Eric, Freddy, Jos, Umberto, Johan, Gérard, Stéphane, Pierre, Michel, Pietro.

Les filles sont de retour ce qui nous fait énormément plaisir. Elles accompliront le parcours de 35KM ;

Guy visiblement malade roulera  le 65KM de son côté en prenant bien soin de s'égarer en cours de route de quoi augmenter la distance.

Daniel est parti plus tôt et sera repris en cours de route à hauteur d'Eppegem.

Au départ nous avons de la chance puisqu'il fait sec et pas trop froid, la pluie arrivera plus tard.

Nous partons groupé en direction de Sint Brixius Rode au milieu d'un groupe d'une petite cinquantaine de cyclos renfermant principalement des éléments des clubs d'Hoesvil, C.T Basilique et nous.

Visiblement le fait de passer devant l'usine et le domicile d'Eddy Merckx nous donne des ailes et très rapidement les choses vont en s'accélérant.

A la « Ijsfabriek Strombeek » les choses sont déjà à peu près décantées, il reste à l'avant une partie du groupe d'Hoesvil et 6 vaillants cyclos de l'Aurore.

Les accélérations tantôt portées par Fabien ou moi ont éliminé une grosse partie du contingent comme par exemple Alain qui trop à l'arrière n'a pût qu'assister de loin et en spectateur attristé à l'envol du groupe des flyers.

En direction d'Humbeek Fabien prend les choses en main et il mènera le groupe de tête jusqu'a l'entrée du canal à hauteur d'Hofstade. C'est là que je lui demande d'un peu lever le pied de façon à faire passer les gars d'Hoesvil trop contents d'avoir trouvé une aussi belle et bonne locomotive.

Hoesvil devant, nous nous sentons obligés de faire comme eux et de griller le contrôle à hauteur du pont de Hever situé au 25ème kilomètre.

Nous roulons toujours le long du canal jusqu'à hauteur de Kampenhout où je décide de jouer un petit tour à nos amis d'Hoesvil, nous prenons un petit chemin annexe pour nous retrouver avec 200 mètres d'avance. Bien joué maintenant il vont pouvoir chasser.

Eric voudrait accélérer mais comme nous avons l'esprit « sportif » nous les laissons revenir. 

C'est à hauteur de Perk que nous perdons 2 unités à savoir Freddy et Christophe qui jusque là avait fait forte impression avec son VTT. Les commentaires que j'ai entendu dans le peloton étaient élogieux à son égard comme par exemple « t'as vu ce gars, qu'est ce qu'il est fort » : je confirme c'est vrai qu'il est impressionnant !

Vers le 40ème kilomètre la pluie commence à faire son apparition ce qui rendra la fin du parcours plus périlleuse avec par exemple de beaux travers et glissades de Renaud ( Renault chaussé en Michelin.....comme la F1 d'Alonso ).

La fin du parcours sera essentiellement à mettre à l'actif de Fabien qui aura pris un nombre impressionnant de relais.

C'est sur un de ceux-ci à hauteur de Beigem qu'il prend 100 mètres d'avance laissant sans réaction le groupe d'Hoesvil qui a déjà donné, Eric, Renaud et moi, nous nous tenons en embuscade au cas où !

Passablement dégoûtés nos compagnons de route prennent la tangente et quittent le parcours officiel.

Ce n'est pas grave nous terminerons dès lors le parcours à quatre flanqués du copain de Fabien qui a effectué tout le parcours en notre compagnie.

J'espère qu'il s'est bien amusé parce que c'est là l'essentiel.

Résultat = 61,23KM à la moyenne de 31,2KM/H.

Les autres sont rentrés un peu plus tard....!

A signaler le beau petit groupe formé par Marc, Stéphane, Johan, Pierre et Gérard qui sont rentrés ensemble. Stéphane me confiant qu'il a été carbonisé par le début rapide à plus de 40KM/H.

Ce groupe est rentré à la moyenne appréciable de 28KM/H.......c'est pas mal du tout les gars !

Plus tard rentreront Marc Keymeulen qui pour l'occasion a roulé avec son beau-père, puis Michel avec un peu de crampes mais pas trop, Jos qui comme à son habitude n'a pas résisté à l'envie de visiter la campagne profonde en effectuant une petite boucle non prévue d'une dizaine de kilomètres.

Umberto perdu corps et bien ne répond plus au GSM que lui est-il arrivé ? Rassurez-vous, il est bien rentré et même pas trop épuisé !

A bientôt pour de nouvelles aventures.




Samedi 21/02/2009 : Remise des trophées 2008

Le samedi 21/02/2009 était organisée une cérémonie pour la remise des trophées du Brussels Trophy, du Brabant Trophy et du Vlaams-Brabant Trofee 2008

Quelques photos:


pIMG_0475
Eric reçoit au nom du club, le trophée de la 3ème place au Brussels Trophy.








pIMG_0476
Eric reçoit l'Iris de Diamant. Il a participé à tous les Brussels Trophy.

















pIMG_0477

Alain et Pietro Reçoivent l'Iris d'Or pour avoir participé à presque tous les Brussels Trophy.








pIMG_0478





Christophe reçoit son Iris d'Or et prend aussi ceux de tous les absents.












pIMG_0479





Eric est fier de présenter son trophée.












pIMG_0485





Eric (encore) reçoit le Brabant Trophée. Aussi de Diamant (tous les brevets effectués).







pIMG_0488


Eric (toujours) reçoit sa médaille fédérale pour avoir effectué plus de 5000 km dans l'année.















pIMG_0489




Pietro reçoit la médaille férérale pour 10 ans de participations.





pIMG_0490

















pIMG_0497
Alain reçoit au nom du club le trophée du 2ème club bruxellois ayant le plus de participations au Vlaams-Brbant Trofee.







pProjet1
Un apreçu des trophées de Diamant, d'Or, d'Argent et de Bronze du Brussels Trophy.





pProjet2
Les trophées du Brussels Trophy de tout le club.













pProjet5

Tous les trophées reçus par le club.











Dimanche 15/02/2009 : Les Charlots au ski, les autres font du vélo

Par Stéphane Cordier

Les uns partis profiter d'une météo capricieuse pour faire du ski, les autres sûrement pas encore remis de la Saint-Valentin, c'est à quatre que nous nous retrouvons pour notre sortie du dimanche matin, Daniel étant parti rouler de son côté.

Après quelques négociations quant au parcours à effectuer, Eric, Gérard, Marc et moi-même prenons la route pour faire les 65 km de notre parcours A. La météo se veut en fait nettement plus clémente qu'annoncé et nous pouvons même de temps à autre profiter d'un petit rayon de soleil, ce qui est loin d'être désagréable.

Le tempo sur le début du parcours est rapide mais pas vraiment insoutenable. Par contre, fait suffisamment rare pour être signalé, le parcours s'effectuera d'une traite, sans aucune crevaison à l'horizon. Nous roulons donc groupés jusqu'au 50ème kilomètre, malgré les tentatives d'Eric pour déstabiliser le petit groupe, notamment dans le Ravel, parcouru à vive allure.

C'est à ce moment qu'Eric, sans avoir l'air d'y toucher, se met à accélérer progressivement, ce qui a pour effet immédiat de nous distancer, Gérard et moi. Marc, quant à lui, s'accroche courageusement à la roue d'Eric, qu'il ne lâchera que dans la montée de l'autoroute, Eric en rajoutant encore une petite couche ! De toutes façons, nous ne les reverrons plus, ni l'un ni l'autre.

Je réussis néanmoins à rejoindre Gérard et nous terminerons le parcours à deux, même si chaque passage givré ou verglacé me fera perdre instantanément plusieurs dizaines de mètres (...). C'est donc après 2h25 de route que nous rejoignons Eric, Marc et Daniel pour profiter d'un peu de repos bien mérité (...). Vivement dimanche prochain pour l'ouverture de la saison et le premier brevet.

Remarque d'Eric:
Nous sommes restés ensembles jusqu'au 50 ème kilomètre, puis Marc et moi nous avons accéléré sur la fin du parcours. En sentant que Marc était toujours dans ma roue, je n'ai pas pu résister à faire comme le Professeur (Pietro).      (Ben tiens, tu m'étonnes... (Remarque du webmaster))




Dimanche 15/02/2009 : Les Charlots font du ski
Par Alain Darville

Le récit et les photos



Dimanche 08/02/2009 : Le Chat parti...

Par Fabien Moreau

Neuf irréductibles ont pointé leur nez au départ de la sortie du Club, ce matin.  Un peloton réduit mais motivé. Difficile d'apprécier les 3°C au thermomètre, tant le vent est humide. Marc est venu avec son copain Vincent.  Eric et Renaud sont chauds-boulettes !  Stéphane, Daniel et Michel sont fidèles à leur plan d'entrainement, sous l'œil encourageant de Columbo.  Et moi-même, bien entendu.  Après une négociation serrée, nous décidons de faire notre brevet de 65km vers Sint-Pieters-Leeuw, Gooik, Liedekerke, Asse, Zellik, ... soit le parcours très légèrement vallonné marqué par la flèche jaune pleine soulignée.  Espérant toujours voir surgir un 10ème pour fermer le peloton, nous attendons 10 minutes en comptant les rares rayons encore intacts de la roue de Renaud.

La première partie jusque Gooik se fait face à un vent d'Ouest bien glacé.  Malgré ça, le groupe reste bien soudé.  La bonne humeur est palpable, et d'ailleurs, je l'ai palpée en prenant une petite photo souvenir. Renaud nous offre un premier concert de crissements de pneus dans la petite bosse au sortir de Gooik.  Ca va être chaud.  Pensez-vous que ça impressionne les gars d'Aurore ?  Du tout ! À l'embranchement, tout le monde reste bien soudés sur le 65Km.

Mais voilà que Renaud nous met le turbo et file un 40km/h bien enroulé.  Inquiets, Eric et moi le prenons en chasse.  Pas de panique, ce n'est que l'air de la Dendre qui a un effet puissant sur sa vessie.  Il était pressé d'arriver au Relais du Castor. Nous terminons cette première partie avec une gentille moyenne de 25km/h et - c'est à souligner - pas une crevaison.  Il reste à découvrir qui est l'absent qui nous porte la poisse d'habitude.

Vincent a déjà beaucoup entendu parler de la côte de Asse et imagine un mur infranchissable, alors que finalement, on monte cette bosse avec de plus en plus d'entrain.  Sauf que Renaud me laisse toujours sur place dans les 10 derniers mètres.  Pfff... Aucun respect pour ses aînés.  Bah ! je vais m'arrêter au sommet pour prendre quelques photos des grimpeurs.  Tout le monde s'accroche dans un intervalle de 2 minutes.  Chapeau ! C'est beau les gars ! Alles geive !

Pour rejoindre Asse, nous prenons à droite dans le quartier résidentiel qui était en travaux.  Les routes sont refaites mais déjà boueuses.  Et surtout, il n'y a plus de flèches.  Avec mon sens de l'orientation affûté, nous nous retrouvons dans une rue inexplorée flanquée d'une belle et courte bosse à 13%.  Faut la marquer celle-là.

Le pont sous le chemin de fer à la sortie d'Asse marque la borne des 40km et le début de la récréation.  A partir de là, nous mènerons une moyenne de 30km/h.

Dans le petit groupe composé de Renaud, Eric et moi, les erreurs se payent cash.

D'abord, la vessie de Renaud est de nouveau dans le rouge.  Le modeste s'arrête sans nous prévenir.  On l'attendra au bar.

Plus loin, je fais un de mes fameux « Oups!-tout-droit » mais Eric, bon prince, m'attendra.

Ingrat, je file ventre-à-terre à la sortie de Sint-Martens-Bodegem sans voir que sa chaîne a sauté.  Le finaud se cache dans les voitures pensant que j'accélérerais en le voyant revenir.  C'est l'effet inverse, bien-sûr.  Ne le voyant pas, je décide de décrasser mes bielles en profitant de la bonne adhérence retrouvée.

Mais voilà mon carrefour favori sur la Appelboomstraat où, comme à mon habitude, je pars tout droit ...

Arrivé au Club, je vois Eric qui m'attend avec un sourire indescriptible.

Il va me falloir une bonne Orval pour me remettre de ce coup là...

                                   ___________________________

Les petites photos de Fabien:.



090208 Sortie Liedekerke 1Le groupe à Gooik

090208 Sortie Liedekerke 2Vincent dans la côte d'Asse

090208 Sortie Liedekerke 3Columbo au même endroit.


Le tracé GPS du parcours avec le petit tout-droit bien visible: Le tracé GPS



Vendredi 06/02 au dimanche 08/02/2009 : Week-end à Faymonville
Par Alain Darville

Le récit et les photos



Dimanche 01/02/2009 : Surprise : du verglas au détour d'un virage !!!
Par Pietro Sirigu

Après notre petite soirée arrosée de Vendredi 31/01, il était important de constater qui avait récupéré : comme dirait Freddy ce n'est pas tellement la boisson qui est difficile à assimiler mais plutôt le vin des moules.

J'ai donc été agréablement surpris de constater que la majorité d'entres nous avaient bien récupéré des libations.

Malgré le froid, tout de même - 4°C un bon nombre de cyclos ( 12 au total ) étaient présents à notre sortie soit Freddy , Eric , Alain , Stéphane , Dan , Fabien , Renaud , Jean-Louis , Marc Colombo , Marc Keymeulen , Gérard & moi .

Nous décidons de faire le circuit de 62 KM soit le A ( Parcours de Gérard ) .

Cela démarre moderato, il y en a qui ont ......comme des ratés moteur : il est plus facile d'engloutir des moules que d'appuyer sur les pédales.

Le rythme adopté semble idéal pour tous et nous montons la côte d'Itterbeek sur un ton mineur. En haut de la côte, Dan manque à l'appel : une coquille de moule calée entre sa glotte et sa luette l'empêche de respirer !

En fait Dan va galérer toute la journée !

Nous prenons maintenant la direction de Schepdaal où Dan est toujours manquant, donc le groupe s'arrête et l'attend. Maintenant que nous sommes sur une portion plus facile, il aura l'occasion d'accrocher les roues. Mais que diable pourquoi s'acharne t-il toujours à rester 10 mètres derrière le groupe : cela lui coûte des forces puisqu'il roule toujours dans le vent et doit supporter avec retard les moindres sollicitations du groupe, il utilise de plus des braquets trop petits ce qui donne l'impression vu de derrière d'avoir affaire à un facteur sur son Solex.

Mais ce n'est rien c'est en enfonçant des clous que l'on apprend à clouer !

Il fait particulièrement froid et nos moteurs ont eu besoin d'une bonne quinzaine de kilomètres avant d'arriver à bonne température.

La vitesse moyenne du groupe avoisine les 25-26KM/H pour aller vers Essene via Affligem et son traditionnel arrêt à la " Tannière du Castor ".

Nous roulons maintenant en direction de Meldert puis vers la côte de Baardegem où pour la première fois je place une mine,  histoire de tester le niveau de forme des copains. Nouvel arrêt après le sommet ou Dan et son Solex sont attendus avec impatience.

Nous virons maintenant à droite à hauteur de l'ancienne gare de Baardegem pour prendre le Ravel, curieusement la vitesse est cette fois acceptable et les moteurs ne s'emballent donc pas.

Traditionnellement nous roulons groupés jusqu'au 40ème kilomètre mais je ne sais pour quelle raison je prends la tête du groupe ( vers le 32ème kilomètre ) en ayant pris soin d'augmenter le tempo et un peu avant Opwijk Fabien me fait comprendre qu'il constate que le groupe s'est installé dans un mutisme qui en dit long .

Freddy qui a retrouvé ses jambes nous roule une belle bordure en tête jusqu'à pratiquement Merchtem. Bizarrement à l'arrière, Eric joue au "Bon Samaritain"  et attend Dan.

Un groupe se dégage avant Asse, nous avons perdu les 2 Marc, Gérard et Stéphane qui décident de faire un groupe et de rester ensemble pour terminer le parcours .

A l'avant la vitesse s'est sensiblement accélérée et chacun à son tour vient prendre son petit relais. Jean-Louis dans la descente de Sint-Ulriks-Kapelle me montre qu'il est avantagé par son poids et me passe en riant : ce n'est pas grave la côte du pont de l'autoroute approche et je sens que l'endroit est propice à une petite escapade. En haut de la bosse, je me retrouve en compagnie de Renaud ....les autres étant légèrement décollés.

Nous continuons maintenant en directions de Dilbeek, après un regard jeté vers l'arrière je constate que les autres ne sont pas loin et nous décidons de laisser revenir la compagnie en décélérant sensiblement. C'est à hauteur du fameux virage toujours noyé par un ruissellement bordé d'un côté par le bois et de l'autre par  le chemin de fer qu'une petite surprise nous attend ! Les autres sont à nos basques et encore légèrement décollés par rapport à nous. Je prends donc ce virage en tête .....trop tard ....il y a du verglas : je crie pour avertir Renaud du danger alors que pendant ce temps je joue à imiter le rallyman Sébastien Loeb , je manque de me casser la g...... . J'ai de la chance, je suis épargné de la chute ....ouf Renaud aussi. Le groupe derrière est emmené par Fabien qui a entendu mes cris d'avertissement son instinct de survie lui commande de freiner .....malheureusement notre secrétaire qui le collait de près ...trop près s'étale de tout son long. Je vous rassure plus de peur que de mal pour notre scribe qui se relève sans dommage : celui-ci me disait lors d'une de nos dernières sorties d'entraînement et je le cite « Je préfère un vélo à un cheval , les freins sont plus facile à vérifier ».

Je décide donc vu la dangerosité de la situation de faire marche arrière et d'attendre en compagnie du 1er groupe reconstitué, l'arrivée des 2 Marc, Gérard et Stéphane pour les informer de la situation et ainsi éviter des chutes bien inutiles.

La situation me semble surréaliste et incroyable Eric manque à l'appel, les autres me rassurent en me signalant qu'il est loin derrière en compagnie de Dan.

Mais non c'est impossible...... qui arrive au loin, Eric « Le Terrible » qui tel un Viking est parti à l'abordage pour essayer de réintégrer les groupes à l'avant. Il tente de nous expliquer ou faire croire qu'il est resté auprès de Dan mais nos soupçons ne font qu'augmenter ......après 10 minutes toujours pas de Dan .....drôle de garde du corps que cet Eric et quelle de façon d'escorter un cyclo en détresse. Sans rancune Eric, je sais on ne se refait pas.....! Chasser le naturel, il revient au grand galop.

Petit conseil destiné à Eric : Ouvrir le petit Robert ou le livre de la Bible et aller consulter la définition du « bon samaritain ».

Enfin au loin et après bien des..... mirages ( Ha .....il est là , hà non il n'est pas là , hà non ce n'est pas lui ) Dan arrive enfin . Maintenant que nous sommes tous avertis de la situation nous repartons en passant avec une extrême prudence ce damné virage.

Nous sommes bien évidemment refroidis par notre attente prolongée et dès lors la vitesse est descendue d'un cran, ce qui n'est pas plus mal et cela permet au plus grand nombre de rouler groupé.

La descente du Kepperenberg semble elle aussi verglacée et donc nous l'abordons avec une prudence de Sioux .

Comme vous le savez l'Aurore Cyclo est composée pour moitié de gens dît « raisonnable » et pour l'autre moitié de « fous ». Donc vous allez assister à un emballage final. Freddy  qui « passe son tour » est le premier à mettre le train en marche, puisque quelques gars s'observent c'est Alain qui décide de mener le train mais Eric au travers de son Cor Viking  fait sonner la charge et décide de passer à l'abordage Fabien qui suit bien le mouvement le déboîte et se retrouve seul devant avec 20-30 mètres d'avance, il y a comme un flottement dans le groupe et l'écart à tendance à se creuser, il faut réagir mais surtout ne pas trop y laisser de force car le vent est bien installé sur la ligne droite. Je me méfie de notre jeunot Renaud qui possède un bon potentiel au sprint et donc je décide de revenir progressivement sur Fabien mais en gardant quelques cartouches de réserve ......il faut bien maintenant se découvrir donc tout à droite ... je sens la présence de Renaud dans mon sillage mais il ne peut me remonter......

                                                _____________________________

Dimanche 01/02/2009 (2ème) : L'art de mettre un protège-chaussure.
Par Alain Darville

André le Pékinois est en convalescence suite à sa rencontre avec la portière d'une voiture qui virait lorsqu'il arrivait. Sa reprise annuelle du vélo a fait long feu : 5 km. Résultat : Sa clavicule gauche et quelques côtes sont cassées. Il est out pour quelques semaines et nous lui souhaitons un prompt rétablissement pour qu'il réintègre ASAP les pelotons.

Pendant ce temps nous, nous continuons à rouler. Nous étions encore un peu engourdis par la récupération de la fête du club qui s'est tenue dans les dépendances de l'Abbaye de la Cambre et qui fut une grande réussite. Réussite grâce au dévouement d'Isabelle, d'Isoline, de Myriam, d'Ornella, de Freddy et de Pietro. Je tiens à les féliciter encore tout particulièrement.

J
e commence à me demander si les Ecolos ne sont pas des gens particulièrement lunatiques. Après la démonstration de Patrice, dans son obstination devenue légendaire à ne pas voir les flèches au sol et à prendre imparablement la mauvaise direction, c'est au tour de Fabien de faire un One Man Show. Mais Fabien fait encore plus fort. Au départ du parking le petit groupe s'en va et Fabien ne suit pas. On s'arrête. Après quelques instants il arrive, il a eu un petit soucis technique. L'incident technique est celui-ci : Il a perdu son protège chaussure en venant en métro. Avec le -1° et le blizzard du matin ça peut être utile. Bizarre, comment a-t-il réussi à faire ça ? En fait après quelques recherches, il s'est aperçu que son protège chaussure protégeait en fait sa pédale et non son pied. Il s'en est aperçu par hasard parce que son clip ne marchait plus. Encore plus bizarre. Ou bien ce protège-chaussure est à la taille 68 ou bien c'est en nous voyant qu'il perd tous ses moyens et qu'il retire les pieds des pédales plus vite que leurs ombres. Mais Fabien dans la continuation de Patrice, a aussi une tendance à ne pas voir les flèches. C'est la 10ème fois qu'il fait le 61 km de Gérard,et chaque fois qu'il prend la tête du groupe on est certain qu'il va se planter à la 1ère bifurcation. A la longue on savait à l'avance où il allait se gourer, et Pietro s'amusait à l'induire en erreur. A la fin par charité chrétienne et pour lui éviter de faire des kilomètres inutiles on lui disait par où il fallait aller.

Et c'est Freddy qui a fait exploser le peloton. Freddy, l'homme si sage, si réfléchi, qui démarre. Mais qu'est-ce qui se passe ! Naturellement le peloton en miette, on pouvait y aller. J'ai donc mené dans le faux plat vers Asse. Avec le vent dans le dos, c'était facile, mais à force de tirer de plus en plus vite, Jean-Louis et Freddy ont disparu. Et c'est tant mieux ! Heu..., je veux dire tant mieux pour eux, pour leur éviter de se retrouver les 4 fers en l'air. En tête il restait Pietro et Renaud suivis à quelques longueurs par Fabien qui commençait à payer ses tous-droits intempestifs et par moi.

Eric, lui avait décidé de faire sa B.A.. Comme à l'aller le vent d'Est était vraiment pénalisant, il voulait rester avec Daniel qui n'avançait plus beaucoup.


Et c'est alors que survint l'incident : Dans un virage sur une route peu fréquentée, la patinoire de Forest National avait émigrée. Pietro en tête à un bon 30 km/h l'a vu en roulant dessus. C'était donc le sauf qui peut, et les freinages d'urgences pour ne pas emboutir le cul du prédécesseur. Fabien freinant comme il pouvait et moi ayant oublié mon ABS sur ma roue arrière il a fallut naturellement que ce soit pour ma pomme. La glace étant aussi dur que le macadam, une chute fait aussi mal. Il fallait ensuite d'urgence faire demi-tour pour prévenir les autres et éviter l'hécatombe.


C'est ainsi qu'on a attendu les autres qui sont arrivés par petits groupes et qu'après un long moment Eric s'est présenté sans Daniel. Eric protège du vent Daniel en roulant devant lui à 5 km. Mais non, c'est vent dans le dos, la protection d'Eric n'était plus utile et Daniel a continué seul.


Pendant notre attente, Gérard est parti en éclaireur pour nous éviter d'autres chutes, mais nous soupçonnons son départ précoce d'avoir eu un autre but. Santé, Gérard !!!

                                                _____________________________

Images de Fabien de la patinoire:

Ph3

Pho2

Verglas6

Verglas1

Verglas2

Verglas5

                                        ___________________________________________

La profil et la vitesse du parcours (c'est le temps qui est indiqué et non la distance).

Projet1

 




Les commentaires sont fermés.