15/07/2009

Sorties Novembre 2009

Dimanche 22/11/2009 : Eole se rappelle à nos mauvais souvenir
Par Alain Darville

Depuis un petit paquet de semaines Eole était au repos. Il soufflait un peu de temps en temps juste pour nous rappeler son existence, mais aujourd'hui il s'est déchaîné.

La fête du club est finie, elle a été un très grand succès, mais elle a laissé des traces dans l'organisme. Nous n'étions pas trop nombreux ce matin. A peine six au départ, Pietro, Renaud, Guy, Christophe, Eric et moi. Guy ne voulait pas rouler trop vite, car demain il va au contrôle technique pour voir s'il est encore apte à rouler un peu à vélo (1230 km en 90 heures en 2011, c'est la distance de, de ???, tien, tien, deviner...).

Naturellement Guy ne suit pas très longtemps sur le parcours L. A peine 52 mètres, Renaud et Christophe s'apercevront qu'ils roulaient face au vent quand celui-ci sera dans leur dos.

Cela devient une tradition : J'essaye de suivre comme je peux, dès que ça monte trop fort je décroche et comme les 20 premiers kilomètres le vent est de face, je ne sais plus revenir. Mais cette fois-ci, ils sont tous gentils. Ils roulent vite, le temps de voir que je ne suis plus avec eux et puis ils attendent. Eric, surtout est dans son jour de bonté, il me ramène plusieurs fois dans le groupe. C'est donc le moment de remercier tout le monde de m'avoir attendu aujourd'hui.

Comme ce n'est pas un parcours facile, aucun plat, le vent de face en plus, et l'entraînement n'étant plus ce qu'il est, les jambes me disent plusieurs fois : « Au secours, on s'arrête ? ». On ne s'arrête pas, on continue. Lorsque le vent est dans le dos, la vitesse augmente un peu : 40, 45 km/h peut-être 50 mais je n'étais plus là. Finalement dès qu'on arrive le long du canal, c'est terminé, Eric reste avec moi et me ramène à la base, Pietro, Renaud et Christophe ont mis le double turbo en plus du compresseur et ont passé le mur du son.

A la base, donc, le temps de hurler : « MON PAIN !!! », Eric est parti. « Le Pain » d'Eric doit être fabuleux, tous les dimanche il nous abandonne pour foncer l'acheter. Mystère, personne ne l'a jamais vu. Pourquoi est-ce que le pain de 12 h est meilleur que celui de 8h ???

Et puis les autres sont arrivés : Les Daniel, le tandem inséparable qui font tous les parcours à l'envers, Jos qui a aspiré sa voiture au lieu de faire du vélo (mais il est excusé), Freddy qui préfère rouler face au vent en VTT plutôt que de réparer le pneu plat de son vélo de course, Guy qui grommelle toujours dans sa moustache qu'on ne la pas attendu (et le contrôle technique, Guy?), Gérard qui nous promet de rouler pour la Saint-Nicolas, et Charlie qui fait le touriste avec son VTT.

Et la bonne nouvelle du jour : Le voyage 2010 du club sera Bruxelles-Barcelone en 10 étapes (+- 1500 km), au mois d'Août. Des nouvelles bientôt...

                                     __________________________

Sur ce graphique, nous pouvons voir l'influence du vent sur la vitesse d'un courageux cyclo. En vert, c'était aujourd'hui, en rouge pointillé c'était le 08/11. Après le 50ème kilomètres, comme le parcours est à la carte, il change chaque fois. Et vous ajoutez 2 km/h pour Pietro, Renaud et Christophe ainsi que 1,32 km/h pour Eric.

Projet20






 


 

Vendredi 20/11/2009 : C'est la Fête du club
http://aurore-cyclo-feteduclub2009-2010.skynetblogs.be



Mercredi 11/11/2009 : C'est l'Armistice
Par Alain Darville

Pour commémorer la date du 11 novembre à notre façon nous allons rouler ensemble. Et ce sera Guy qui sera notre guide du jour. Tant pis pour Eric, Christophe et Jean-Louis qui pensaient battre le record de vitesse d'un des parcours du club.

Tout cela arrange Marc qui pourra rester avec le groupe dont Pietro et moi faisons partie.

Les chemins sont assez boueux, ce sont les grands travaux agricoles pour récolter les betteraves et autres légumes. Les vélos vont en prendre un coup, ce qui vaudra un grand entretien après le brevet. Les vélos vont commencer à souffrir dans l'humidité et la boue de l'hiver qui vient.

Le parcours de Guy est un savant mélange du parcours L et de petites routes pas trop fréquentées. Le profil est assez vallonné.

Comme promis, cela ne roule pas trop vite, de temps en temps Christophe et Eric sont pris d'une force irrésistible qui les poussent à accélérer mais comme Guy ne va jamais par où ils pensent qu'il aurait du aller, ils doivent toujours faire demi-tour.

Le retour est un peu plus rapide, mais c'est grâce au vent. Le groupe fait des pointes à 35 km/h et Guy est toujours là malgré son grand âge. Marc crève un pneu 10 km avant l'arrivée pour calmer tout le monde. Pneu réparé aussi vite par Pietro et Christophe. C'est une journée où tout le monde aurait pu suivre, mais pour ça il aurait fallu que ce « tout le monde » soit là.

Le profil du parcours et les vitesses atteintes:

 

Projet19







Dimanche 08/11/2009 : Il est là.
Par Alain Darville

Il est là. La terreur des pelotons, le bouffeurs de kilomètres à des moyennes affolantes, est revenu. En pleine forme, comme s'il n'avait pas arrêté le vélo. Christophe est donc revenu, pour préparer sa saison 2010 qui sera encore plus exceptionnelle que 2009. Mais bon, il n'était pas tout seul, Charlie après avoir parcouru les Vosges à pied est aussi là. Marc K. vient tous les 15 jours et est présent aujourd'hui. Sont aussi présents Michel, Jos, Eric, Freddy, Renaud (avec son vélo de course, un peu plus habillé, pour les filles s'est raté), Pietro, Jean-Louis et moi. Les Daniel font le tour à l'envers.

Il fait beau, un petit vent d'Est et un soleil radieux.  Nous refaisons le parcours L . Michel et Jos faisant l'autre parcours classique, je ne sais pas trop pourquoi, il a la même longueur que le L.

Le démarrage est beaucoup plus lent que dimanche passé, et Charlie n'a plus trop la forme à vélo. La marche n'aide pas trop à rouler, et nous l'attendons de temps en temps. Pietro reste un peu avec lui. Mais après 20 kilomètres les chevaux fous n'en peuvent plus d'attendre et commencent tout doucement à accélérer. A ce rythme, c'est Marc qui commence à avoir des ratés. Après le passage du pont de l'autoroute Bxl-Tournai, c'est terminé, il ne sait plus suivre.

Renaud avec son vélo de course est encore plus à l'aise qu'avec son VTT et mène le peloton face au vent à un petit 35 km/h pour arriver à Rebecq.

Et de nouveau passé le canal, cette fameuse côte revient. Le dénivelé de 60 mètres est là (et pas 100 comme la semaine passée, mais je n'avais pas encore récupéré quand j'ai fait le résumé). Elle est toujours montée aussi vite. Mais je réussis à rester avec Freddy. Les autres sont partis et comme les flèches ne sont pas encore revenues, chacun improvise la fin du parcours. Pietro et C° vont par Halle et je ne sais pas trop pour le reste, Freddy et moi, nous y allons par le canal. Ce qui fait que pour une fois nous rentrons les 1ers au bercail. Bon peut-être avec un peu moins de kilomètres mais on n'était que 2 pour rentrer avec un vent pas trop favorable. Et finalement ma moyenne est même plus élevée que la semaine passée. Comme quoi rouler cool est une vue de l'esprit.

Marc est rentré un peu après en perdant les flèches à Rebecq mais en suivant d'autres flèches pour le mener le long du canal. Charlie lui est rentré en s'étant un peu perdu du côté de Beersel. En croisant les Daniel il pensait vraiment qu'il devenait fou.

 

 


 


Dimanche 01/11/2009 : « Les cadors sont là »
Par Alain Darville

« Les cadors sont là ». Tels sont les mots qu'a dit Guy en nous voyant attendre les 9 heures fatidiques sur le parking. Sur ces mots il est parti seul faire le parcours L (de feu Robert Lanoye).

C'est vrai qu'en voyant ceux qui étaient là, c.à.d. Pietro, Jean-Louis, Eric, Renaud (toujours aussi à poil, s'il y a des filles...), Freddy et moi, Guy n'avait peut-être pas tort. Les autres, à part Daniel qui faisait le tour à l'envers, étaient aux abonnés absents. Soit ils honoraient leurs ancêtres, soit ils avaient déjà revendu leur vélo, soit ils dormaient encore, soit...

Ca va donc rouler vite. Dès le départ, c'est parti. Après 2 kilomètres j'ose passer timidement en tête, le temps de rater une flèche et les autres n'attendent pas. Rouler plus vite qu'à fond face au vent, je ne peux pas, donc je me résigne à faire les 65 derniers kilomètres seul.

« Assurdiato », « Bloclang », « Crache-limace »,  « Flipendo », « Impédimenta », « Imobilis », « Mutismus », « Petrificus totalus », « Tarrentallegra », j'étais occupé à passer en revue les sortilèges d'Harry Potter que je pourrais lancer aux cinq lascars si un jour je les retrouvais, quand après 12 kilomètres ils attendaient. Le remord, le fait d'avoir vu le derrière de Guy ? Allez savoir. Je remballe mes sortilèges, ils serviront peut-être la prochaine fois.

Guy est donc rattrapé, sans un mot. Ses rares cheveux sont envoyés dans tous les sens par le souffle du dépassement de Jean-Louis. J'ai juste le temps de demander à Guy si tout allait bien, que j'avais déjà 100 mètres dans la vue.

J'avais parfois l'impression que Renaud et son VTT était en mode « économique » quand mois j'étais en mode « alerte rouge ». Toujours relancer à fond, jamais de temps mort. En plus Jean-Louis prenait un malin plaisir à faire les descentes le turbo ouvert au maximum, et même en descente je n'arrivais plus à suivre. Chaque fois qu'il passait devant je savais que la vitesse augmenterait de 5 km/h.

A un moment donné, nous croisons Daniel relax et hilare qui roulait dans l'autre sens. Heureux homme.

A Lembeek, c'est fini. Passé le canal, il faut se taper une grosse côte (presque 100 mètres de dénivelé) pour ensuite la redescendre dans l'autre sens (merci Guy). Le temps de passer en mode « alerte cramoisie », les autres avaient filé. Il ne restait plus qu'à rentrer en suivant les flèches que Guy n'avait pas encore eu le temps de mettre. Tournicoti, tournicoton...

La moyenne des 5 cocos est assez impressionnante sur un parcours pas facile avec beaucoup de vent : 31,5 km/h sur 70 km avec 540 m de dénivelé. Pour moi ce n'est pas aussi effrayant, loin de là. Aussi j'applique déjà ma petite phrase : « La prochaine fois on roulera cool ».

                                        ___________________

Pour ceux que ça intéresse, la liste des sortilèges est sur ce site. Gentil comme je suis, je n'avais pensé qu'aux plus doux : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sortil%C3%A8ges_dans_l%E2%80%99univers_de_Harry_Potter

"Tournicoti, tournicoton", qu'est-ce ? : http://www.coucoucircus.org/da/generique.php?id=244

 

 

Les commentaires sont fermés.